Cinéma d’animation tchèque : Jiří Trnka et Hermína Týrlová, les maîtres des marionnettes

En 1946 était lancée la toute première édition du festival de Cannes. Le Grand prix international du dessin animé dans la catégorie court-métrages a alors été décerné au conte Les Petits animaux et les brigands. Cette récompense représentait le premier succès international de son auteur, Jiří Trnka, et du tout nouveau studio tchécoslovaque, Bratři v triku. Elle signait aussi le début de l’âge d’or du cinéma d’animation tchèque qui ont marqué des générations de spectateurs, mais aussi de cinéastes du monde entier.

A Prague, même masquée, la culture respire encore

Que reste-t-il de la vie culturelle en République tchèque ? Musées fermés, concerts reportés, représentations annulées, comme ailleurs, le champ de la culture n’est plus aussi fertile et se meurt lentement, sans grand fracas. Mais de nouvelles graines semblent germées, fruits d’une adaptation forcée. Coup de projecteur sur deux initiatives pragoises qui tentent de remettre un peu de culture dans les rues de la capitale, pour un bol d’air plus que nécessaire.