Les stations de montagne tchèques prises d’assaut malgré les restrictions accrues

Ce lundi a marqué le début des « jarní prázdniny », à savoir des « vacances de printemps » en République tchèque. Les élèves des établissements du primaire et du secondaire d’une quinzaine de districts tchèques, dont ceux de Liberec, Jihlava, Kladno ou Kolín, bénéficient d’une semaine de repos. Cinq autres semaines, pour les cinq autres zones de vacances du pays s’enchaîneront ensuite jusqu’à la mi-mars. Cette période habituellement très importante pour le secteur des sports d’hiver, est cette année fortement perturbée par la pandémie de coronavirus.

En février, les Tchèques (pas tous) arrêtent de boire

Les Tchèques comptent parmi les plus grands consommateurs d’alcool dans le monde. Une consommation considérée à risques pour plus d’un million d’entre eux. Devenue une tradition en République tchèque aussi, la campagne « Février sec » qui, consiste à s’abstenir de boire de l’alcool pendant tout le mois de février, a débuté ce lundi.

Sahel : les soldats tchèques dans « une guerre perdue » ?

Le déploiement d’une soixantaine de soldats tchèques au sein de la force spéciale Takuba, formée par la France et plusieurs autres pays européens dans le cadre de l’opération Barkhane, doit officiellement se faire dans le courant de ce mois de février au Mali. D’autres militaires tchèques sont déjà sur place dans le cadre de missions internationales de formation des soldats locaux. Avant le prochain sommet entre la France et les pays du G5 Sahel à N’Djamena mi-février, RPI vous propose un entretien réalisé avec le chercheur français Marc-Antoine Pérouse de Montclos, auteur du livre Une guerre perdue : la France au Sahel.